.
 

L'hiver arrive ! Du moins, il est bien arrivé à New-York. Profitez-bien de la neige !
C'est hallowen les amis ! Et si vous faisiez un petit tour par notre sujet commun pour fêter l'occasion ?
L'intrigue numéro 6 est toujours en cours ! Pour le moment, tout le monde est encore plus ou moins entier...espérons que cela ne change pas !
Une nouvelle intrigue a fait son arrivée sur MAP ! Pour s'inscrire, c'est ici ! Vous avez une semaine pour vous inscrire !
Bienvenue dans cette nouvelle partie du forum ! C'est ici que vous serez informés de l'avancée des intrigues en cours ! Elle est pas belle la vie ?
L'intrigue de slenderman est achevée ! Vous pouvez découvrir ou redécouvrir cette aventure ici.
Le procès des intrigues de Norvège et de Boston a pris fin. C'est par ici pour en savoir plus !
L'admin qui s'occupe des annonces tient
à rappeler que cette partie est très importante à lire, merci heart
Les non validés ont bien évidemment le droit de flooder,
enjoie chope
Le tumblr du forum est ouvert BITCHES. Cliquez ici.
Toujours le même conseil aux nouveaux, et anciens, de lire
le bottin des pouvoirs
pour éviter tout malentendu chou
ATTENTION ! le forum a des problèmes et se reboot constamment.
SAUVEGARDEZ-VOS MESSAGES AVANT DE LES POSTER

Partagez | 
 

 Adele - Hello, it's me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 15:25

Adele Ward.

feat. Emma Roberts
ton personnageen réalité
NOM : Ward.
   ◊ PRÉNOM(S) : Adele.
   ◊ AGE ET DATE DE NAISSANCE : 22 ans, née le 31 octobre.
   ◊ STATUT AMOUREUX : C'est une question rhétorique ?
   ◊ DEPUIS QUAND ES-TU A L'INSTITUT : Ça fait 5 ans.
   ◊ POUVOIR/DON : Zookinésie - parler avec les animaux, ils m'obéissent.
   ◊ CARACTÈRE : Times New Roman, en italique. Non mais sérieusement, je crois qu'on peut me décrire comme une fille assez impulsive, pas nécessairement gentille avec tous le monde. Je suis intelligente, probablement plus que la moyenne. Je choisis bien mon entourage parce que je refuse de m'empoisonner socialement. Je suis en fait ponctuée de contrastes. Gentille et méchante, drôle et sérieuse, indépendante et dépendante, simple et compliquée.
   ◊ AMBITION : Être la Reine d'Angleterre.
   ◊ GROUPE : Superior Minds.

  ◊ PSEUDO : titanium.
   ◊ PRÉNOM : Guillaume.
   ◊ AGE : 18 ans.
   ◊ PAYS : Le pays du froid et de la mort ; le Canada.
   ◊ FRÉQUENCE DE CONNEXION : 4/7.
   ◊ INVENTE OU SCENARIO : inventé (et ré-utilisé).
   ◊ OU AS TU CONNU LE FORUM : Ancien membre.
   ◊ AS TU QUELQUE CHOSE A DIRE DESSUS : Je suis revenu trois fois, faut pas trop creuser.
   ◊ CRÉDITS : tumblr.
◊ 001. A un petit chat noir, qui s'appelle Bébé Chien. ◊ 002. Porte toujours des talons hauts. ◊ 003. Moins elle porte de vêtements, mieux elle se sent. ◊ 004. Aime savoir tout à propos de tout le monde. ◊ 005. Fume beaucoup trop de cigarettes. ◊ 006. Est une habituée des drogues. ◊ 007. Elle a vu le fond de la bouteille de vodka plus d'une fois. ◊ 008. Est assez studieuse, étrangement. ◊ 009. Parle couramment trois langues : Anglais, Français et Espagnol. ◊ 010. Son abonnement à Netflix est la plus belle chose qu'elle possède.◊ 011. Peut se montrer brutalement honnête. ◊ 012. N'aime pas l'autorité, ni les gens en général. ◊ 013. Sa garde-robe est plus grosse que certaines salles de classe. ◊ 014. A passé deux ans en institut psychiatrique avant de venir ici. ◊ 015. Elle déteste Mamma Mia!
→ quand as tu découvert que tu étais "différent(e)" ? Lorsque j'ai découvert mon habileté, je crois que je devais avoir autour de douze ans, plus ou moins. J'étais quand même jeune, certains dons ne se développent que très tard dans la vie des mutants, d'après ce qu'on m'a dit. Quand même, ça fait 10 ans que je vit avec mon pouvoir, à force, on s'y habitue. C'est comme un tatouage, un chlamydia ou un voisin désagréable. Quoique relativement traumatisant comme situation, j'ai rapidement su tourner cette différence à mon avantage, dans le but de faire tout ce qui me plaisait, dans la mesure du possible.
   
→en quoi consiste ton pouvoir ou ton don ? Zookinésie. Zoo-ki-né-sie. Z.O.O.K.I.N.É.S.I.E. Assez jolie comme terme, c'est moi qui l'ai inventé, et j'attends des nouvelles de la firme d'avocats pour avoir les droits d'auteur dessus. Loin d'être une science infuse ou un domaine qu'on enseigne dans les universités, la zookinésie est la capacité d'arriver à communiquer avec toutes les créatures du règne animal. Évidemment, l'humain, c'est un acquis inutile enseigné. Toutefois, dans mon cas, les chats, coquerelles, dauphins, pigeons, etc. c'est inné. Je peux avoir de vraies conversations avec eux. Eh ouais. En plus d'être d'excellents amis, les animaux ressentent le désir de m'obéir, ce qui me sauve de beaucoup de situations.
   
→ arrives-tu à le maitriser ? est-il dangereux pour ta santé ou celles des autres ? Aucunement dangereux pour ma vie. Pour la vie des autres, ça, c'est de mon ressort. Quoique ça dépend aussi de l'animal et de ses dents aiguisées ou non, de son venin mortel ou non, poids dépassant les 200kg ou non, etc. Mais, comme je l'ai mentionné plus haut, j'ai le contrôle. Mais tout le monde sait que chacun possède le contrôle jusqu'à ce qu'il ne le possède plus. Dangereux, mon pouvoir ? Ça dépend de l'usage, de l'intention, de qui je vise, etc. Je le maîtrise relativement bien, mais encore là, ça dépend de plusieurs facteurs, je dois avouer que je n'ai jamais essayé de contrôler une baleine, ou bien un grand groupe d'animaux à la fois. Généralement, je commence à m’essouffler quand j'en contrôle plus de 4 animaux de la taille d'un chien adulte. Entre 5 et 10 de cette taille, ce serait comme faire un jogging pendant très longtemps, sans arrêter et sans s'hydrater. Je me suis déjà rendue à 12 chevaux, mais ça a fini en un petit séjour de 2 semaines à l'hôpital de l'Institut.
   
→ est-ce que cela a une influence sur ta vie ? as-tu été exclu par ta famille, tes amis, la société ? Bien évidemment que cette merde a eue une influence sur ma vie ! Tu serais capable de dire à tes parents que tu contrôles les animaux, que tu leurs parles ? Bonjour l'asile psychiatrique. Bon, j'admets, j'ai quand même fini à l'asile, mais c'est pas important. En découvrant mes pouvoirs, pour la première fois, je me suis jurée de ne jamais en parler à personne. Inévitablement, le secret est devenu beaucoup trop gros à gérer pour une seule personne. Au lieu de le dire, j'ai fait la seule chose que je savais faire : fuir. Quelques semaines avant mon quinzième anniversaire, j'ai pris la fuite, et je n'ai jamais revus les gens de ma vie passée. La société, pour sa part, n'accepterais probablement pas ma différence, déjà qu'elle tolère à peine les personnes de couleurs, les homosexuels et, bref, tout ce qui n'est pas un homme blanc riche et républicain.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 15:26

Comment j'ai tué un (des) homme(s).

Mama, just killed a man.
   
J’ai presque quinze ans (dans un mois, deux semaines, cinq jours, dix-huit heures et douze minutes, en fait) (le trente-et-un octobre, pour complémenter le monstre que je suis). Nous sommes quelque part dans un coin francophone de l’Ontario, au Canada. On est mercredi, tôt en début de soirée. C’est le mois de septembre, le douze plus précisément, où le vent frais caresse nos chairs mais où les petits shorts sont encore appropriées. Les journées sont plutôt chaudes, mais les nuits se montrent parfois presqu’aussi glaciales que les soirs d’Hiver. Je suis en train de fourrer rapidement plusieurs morceaux de vêtements (H&M, Forever21, Balenciaga, Burberry, Guess, Chanel, etc.), des chaussures (des talons hauts, évidemment), des livres (Kerouac, Lee, King, Green, Rowling, Morgan, etc.), de l’argent (mes économies des cinq dernières années, compilant presque sept mille dollars) et quelques trucs inutiles (cigarettes, petites bouteilles d’alcool (vodka, jack, rhum, etc.), quelques joints, un peu de cocaïne, une charge pour téléphone cellulaire et un paquet de cartes à jouer) dans un gros sac de sport. Bien évidemment, j’allais annuler le contrat de mon téléphone portable qui me liait encore à mon ancienne vie, mais ça pouvait toujours servir.  J’ai dit à mes parents que j’allais dormir chez mon amie Jenny ce soir, parce que nous avons un examen de mathématiques demain, et que ce n’est pas sa force. Jenny, cette pauvre conne, une petite salope de première qui couche à droite et à gauche, dont l’unique compagnie ne m’a servie qu’à me divertir de la chiante monotonie que la société et le système scolaire nous impose sur une base quotidienne. Mais Jenny, malgré ses défauts, s’est montrée loyale et discrète au fil des ans. Je l’aime, en fait,  de la même manière que Maléfique s’est attachée à Aurore, dans le conte de la Belle Au Bois Dormant,  avec un certain dégoût pour tout ce qu’elle représente, sans nécessairement pouvoir l’apprécier, sans nécessairement pouvoir la détester non plus. Jenny, un sbire qui m’a suivi et qui a fait tout ce que je lui demandais sans jamais me questionner, pour des raisons qui lui sont personnelles. Je ne suis pas méchante ou cruelle, loin de là, je suis tout simplement à l’aise lorsque la vie m’offre une situation qui se veut profitable. Mes parents, être chers qui viennent ponctuer la complexité de mon existence, de mon mal de vivre. Aussi, il y a la présence de mon grand frère, Kieran, et de ma petite sœur, Sally. Ma famille, c’est peut-être le seul goût amer qui me reste en bouche, qui me fait douter. Je les entends tous butiner, tels des abeilles dans la ruche où je me crois être reine. En fait, je n’avais aucune crainte que les membres de ma famille se débrouilleraient en mon absence. On est tous comme ça ici. Je ne serais pas prête à dire que nous n’avons pas d’émotions, mais quand quelque chose ne va pas, on reste neutres. Mon père m’a toujours appris que la faiblesse d’une personne se calculait par le nombre d’émotions qu’elle était prête à partager avec les autres. C’est probablement du non-sens pour les gens normaux. Mais moi, ça vient me chercher, je comprends ce qu’il a voulu me dire. Et depuis, je me suis efforcée de ne pas trop en montrer. Parce que si quelqu’un connaît ma faiblesse, il est en mesure de me détruire, ce qui ne peut pas arriver. Et c’est ainsi que, quelque temps avant mes quinze ans, en ce mercredi soir de septembre, j’ai embrassé mes parents sur les joues avant de leur lancer un « au revoir » banal (pour qu’ils ne se doutent de rien), j’ai fait un câlin à mon grand frère et une bise discrète sur le front de ma petit sœur, qui a pris soin de replacer une mèche brune derrière mon oreille. Un sentiment de peur s’est emparé de mon être pendant quelques instants avant de claquer la porte de la maison, « en direction de chez Jenny », pour ne plus jamais la rouvrir. À tous, dans ma chambre, je leur ai laissé une lettre. Une lettre leur demandant de rester calme, de comprendre, de ne pas me chercher parce que je serais introuvable. Une lettre qui, je l’espérais, saurait apaiser leur peine et leur désarroi. On dit souvent qu’un parent ne devrait jamais avoir à perdre un enfant, et moi, consciemment, je m’arrachais à leurs liens, car je ne pouvais plus supporter de vivre cette vie où je n’étais pas tout à fait moi-même. Cette vie qui, depuis mes douze ans, se voit masquée par moi-même, sachant trop bien que la différence est fortement jugée et, souvent punie dans la société. J’ai un don, un pouvoir, une habileté hors du commun. Mais ce n’est pas ce que les gens verraient. Ce qu’ils verraient, soyons honnête, c’est une différence. Quelque chose qui n’est pas eux, et donc, qu’ils ne sauraient apprécier, comprendre, valoriser, aimer, tolérer, voire regarder. C’est, en gros, les derniers souvenirs que je possède de cette soirée-là.

J’ai fêté mon quinzième anniversaire dans une ruelle avec un cupcake et une petite bougie, trop défoncée sur la première dose de cocaïne que je m’étais accordée lors de mon escapade impromptue. Macabre ? Non, plutôt obscène. Heureusement pour moi, les grosses bennes à ordures  pouvaient me tenir au chaud. Même si les murs métalliques semblaient onduler et que la musique provenant des cannes de conserves n’était pas des plus agréables, j’étais pleinement consciente que ce genre d’habitat était des plus chaleureux, comparativement à la boîte de carton dans laquelle j’ai commencé mon aventure.  Je n’avais pas encore quitté la province, trop peu confiante de mes déplacements. Sans carte, l’orientation était difficile et, loin de ma banlieue natale, je n’avais pas encore voyagé énormément. Certaines personnes me prenaient en auto-stop, ce que je ne déclinais jamais, parce que marcher plus de un kilomètre en talons hauts, c’est pénible, j’aurais bien dû y penser avant. Je prévoyais me rendre en quelque part plus rapidement, mais j’ai été prise dans cet idée de voyager, de voir mon coin, les endroits que je n’ai jamais vus. C’est stupide, je sais, on dirait que je me suis coincée dans une nostalgie qui n’est pas vraiment la mienne, comme si je rêvais de quelque chose. Un rêve où je n’ai pas peur de laisser s’exprimer tout mon innocence, ma naïveté. Toutes les émotions ont une place, dans ce rêve. Tout à une place, sauf moi. Je décale. Je détonne. Je ressors. J’existe. Et, c’est dans ce constant malaise angoissant, mais anomique, que se traduit toute la ligne de ma vie. Je suis vivante. Je suis. C’est étrange, et post-philosophique, comme manière de penser, surtout pour une jeune adolescente de quinze ans sur la cocaïne. C’est peut-être la cocaïne. Ouais, clairement, c’est la cocaïne.

Mon pouvoir, la zookinésie, c’est assez cool quand on y pense. Ça vient redéfinir les limites de ce qui est possible et, bien évidemment, de ce qui ne l’est pas. Je ne cacherai rien à personne : je ne suis pas immortelle. Un balle dans la tête, un coup de hache au sternum, une fiole de poison, un petit coup de guillotine, un parpaing bien lourd au fond de la rivière, et hop là ! Bye bye Ms. Ward. Toutefois, contrôler les animaux et être capable de communique avec eux, c’est relativement intriguant, j’en connais pas beaucoup des gens qui en sont capables. Voyons voir ... Il y a moi et ... Ouais, moi. Je ne prétends pas être la prochaine Marie Curie, ou bien Tyra Banks, mais je suis convaincue, et je pourrais parier bien des choses là-dessus, qu’elles n’ont jamais été capables de parler à un chien.
Tout au long de ma quinzième année de vie, j’ai exploré l’Est du Canada sans vraiment me soucier de quoique ce soit. J’errais sans but précis, espérant rencontrer des gens accueillants sur mon chemin. Les choses que j’ai apprises lors de cette année ont plus de poids que tout ce que le système scolaire aurait pu m’apprendre en trente ans. C’est aux alentours du mois de juin que j’ai pris une des plus grosses décisions de ma vie : détruire mon identité. Tout ce qui faisait partie de ma vie, disparu. J’ai brûlé toutes les cartes d’identité que j’avais et, un peu sur l’impulsion, je me suis teinte en blonde.

Manque total de chance pour moi, deux ou trois jours avant mes seize ans, alors que j’étais en quelque part entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, une famille bien gentille chez qui j’avais passé les deux dernières semaines m’a signalée à la police, s’inquiétant pour moi. Bon, je devais avoir perdu quelques (environ vingt) kilos depuis le début de mon escapade, et je dois avouer qu’il m’arrivait parfois d’avoir l’air un peu cinglée (exemple à l’appui : quand je parlais longtemps avec le chien familial), mais ce n’est pas une raison pour appeler la police, merde ! Qu’ils le disent, je serais partie ailleurs.

Les policiers, fidèles à leurs habitudes, ne savaient pas trop quoi faire de moi. Une jeune fille de quinze ans, sans papiers, qui refusaient de leur parler. Qui étais-je ? Que faisais-je ? Que voulais-je ? D’où venais-je ? Un grand mystère. Mais ça, leurs questions, j’étais catégorique sur la réponse que je leur donnais ; un grand sourire, qui avait l’air de dire : « t’as fini ?! » Au final, ils m’ont gardé trois jours en interrogatoire avant de m’envoyer dans un institut psychiatrique réputé de la région.

Un institut psychiatrique, vous avez bien compris. Un (pardon my French, fucking) I-N-S-T-I-T-U-T-P-S-Y-C-H-I-A-T-R-I-Q-U-E. L’endroit charmant où on m’avait placée, une très belle chambre avec de gros coussins blancs à la place des murs, était tout à fait le genre de lieu épuré, simple et minimaliste que les stylistes adorent. En temps normal, dans « mon ancienne vie », je crois que ça aurait pu me plaire. Mais là, dans le contexte où je passais les trois-quarts de mon temps dans cet enfer blanc, avec pour seuls temps hors de la « salle de confinement » (c’est comme ça qu’ils appellent le lieu pour les patients à risques, les nouveaux à l’étude et les plus dangereux) les moments à la cafétéria pour faire semblant de manger (deux ou trois fois sur trois) les repas immondes qu’ils nous offraient.

Un an et demi dans cette routine désagréable. J’avais désormais dix-sept ans et demi, je n’étais plus la même. Après tant de temps, je demeurais anonyme aux yeux de tous. Je parlais, j’avais des amis, je mangeais les horreurs qu’ils nous donnaient, je vivais avec les autres, mais je n’avais pas de nom. J’étais tout simplement « celle-là », « hey toi », « Blondie » ou mon préféré : « patiente 1783 ». Je crois que, contrairement à ce qu’ils souhaitaient voir, je ne suis pas devenue une meilleure personne. La mémoire ne m’est pas revenue (parce qu’elle est jamais partie, duh). Rapidement, je suis devenue une sorte de leader pour les autres, je ne les laissais plus vivre comme dans une jungle. J’étais même parvenue à me faire livrer une boîte de teinture blonde pour mes cheveux sur une base bimensuelle.  

Et puis, un peu plus d’un mois avant mes dix-huit ans, j’ai tout mis à exécution. Un plan de génie, selon moi, qui me permettrait de m’évader et de continuer à vivre ma vie comme je l’entendais. L’oiseau libre, captive pendant un moment, le temps d’une saison, allait enfin battre de ses ailes frêles et engourdies par l’inertie de mon squelette lors des deux dernières années.  Des murs aisés d’une maison de banlieue franco-ontarienne j’étais passée aux murs en cartons. De ceux-là, j’en étais passée aux murs de métal. Par la suite, les murs de maisons de toute sorte, mais jamais les mienne. Ensuite, ce fut le tour des murs blancs capitonnés, comme un grand lit, ou une zone de confort trop peu confortable. Et puis, bientôt, de nouveau libre. Plus de murs, jamais, sauf pour dormir ou pour me réchauffer. Éviter la société et son pouvoir coercitif, ça commençait par l’abstraction du confort qui m’avait toujours semblé si cher et si précieux. Je n’étais plus exactement moi-même.

Une routine s’était installée à l’asile. En fait, je n’avais rien à voir avec l’instauration de cette-dernière, c’était tout simplement la manière de faire qu’ils développaient depuis l’ouverture de la place. Et puis, heureusement pour moi, une fois que quelqu’un comprenait leur système, la vie devenait de plus en plus simple. Le matin, vers sept heures trente, dix gardes en tout surveillent le dortoir des filles pour la période qu’ils appellent vulgairement « La 1 ». Ensuite, c’est la même formule pour le déjeuner (« La 2 ») et les activités du matin (« La 3 », des activités genre tricot, puzzles, dames, échecs, etc.) ; dix gardes qui s’assurent que cette bande de filles folles ne s’entretuent pas. Puis vient « La 4 », le repas du midi, où on peut observer le premier changement de gardes de la journée. Ici, on voit un rehaussement d’effectif, dix devient quinze. Et quinze demeure jusqu’à l’heure du dîner, « La 5 », où il se multiplie par deux et devient trente, puisque garçons et filles sont mélangés pour ce repas, c’est le seul moment dans la journée où je peux me rincer l’œil. Plutôt con, une torture. Quoique les filles sont pas mal ici. À la fin du dîner, « La 6 », on nous escorte vers nos dortoirs où l’on est sensés passer la soirée sans faire trop de bruit, et le nombre de garde redescend à quinze. Ensuite, pour « La 7 », le coucher (vers vingt et une heures), il y a que huit gardes. Et finalement, « La 8 », de minuit à sept heures trente, ils ne sont que quatre à surveiller nos moindres faits et gestes, en jouant aux cartes bien évidemment.

Bref, j’ai commencé à agir tôt, pendant « La 6 », où je commençais à manipuler les filles pour qu’elles causent du trouble entre elles, ce qui allait évidemment taper sur les nerfs de tous. Moi, discrète dans mon coin à ne rien dire, je n’étais pas une menace, j’étais moins qu’une patiente ; j’étais quelqu’un. En plus, je les aidais à résoudre les conflits. Ça, c’est un des trucs les plus rudimentaires que je connaisse ; faire semblant pour être aimée. Pendant « La 7 », encore là, petites manœuvres faciles pour distraire l’attention. Au final, je devais être invisible, oubliée. En premier, j’avais repérer une araignée de taille moyenne et lui avait ordonnée d’aller se cacher dans les douches du dortoir. La cohue causée par l’évènement m’a donné assez de temps pour prendre le pistolet électrique d’un des gardes, qui était trop occupé à séparer Caroline (une schizophrène) de Jasmine (une bipolaire maniaco-dépressive). « La 8 », période cruciale. Je suis sortie de mon lit, et j’ai marché le long du corridor éclairé aux néons faiblissants, en faisant semblant d’avoir des crampes au ventre, des trucs de filles quoi, quelque chose que les gardes masculins ne sont pas capables de gérer par eux-mêmes. L’un deux m’a gentiment accompagné aux toilettes et, quand je me suis plainte de mon mal en m’écroulant au plancher ... Wow, l’idiot n’a même pas vu venir la décharge électrique, mais il l’a sentie, ça c’est sûr. Inconscient, je l’ai dénudé et, à l’aide du couteau suisse non-réglementaire qu’il gardait dans sa poche (sécuritaires, ces hommes virils), je l’ai égorgé. Pour sortir de l’asile, je devais repasser devant les trois autres gardes. Ça allait être risqué, mais je devais y arriver. Me concentrant, je réussis à trouver plusieurs insectes dans les plafonds et à les faire tomber sur les autres gardes pendant que je m’approchais d’eux, jouant ma nouvelle identité. À défaut de pouvoir les tuer avec mon esprit, le couteau-suisse me permit de les poignarder plusieurs fois, les laissant se vider de leur sang. Avant de sortir, je suis retournée chercher le sac de sport qui m’attendait dans un casier miteux, avec mon nom inscrit sur un morceau d’adhésif blanc, depuis mon arrivée ici. Bien évidemment, les joints, les cigarettes, les petites bouteilles d’alcool et la cocaïne étaient disparus, mais tout le reste (incluant les six mille dollars et mon téléphone portable) y était. Toujours dans le rôle du garde, je suis parvenue à passer la sécurité en empruntant les clés de sa voiture et en tentant de dissimuler la majeure partie de mon visage. Plutôt incroyable comme histoire, voire invraisemblable, mais j’ai réussie, et je suis sortie de ce trou à rats qui m’a servi de maison pendant presque deux ans de ma courte vie. Quelques gouttes de sang ponctuaient mon épiderme livide, mais je n’avais pas le temps de m’en occuper, je ne voulais que partir d’ici.

L’air frais sur mon visage. Le vent. Le froid. La vie – la liberté. J’avais oublié à quel point ça pouvait être plaisant, à quel point c’était orgasmique que de voyager, d’explorer et de découvrir tous ces coins qui me semblaient si inaccessibles auparavant. Cette folle envie de partir, propre à Kerouac ou à Poulin, prenait le contrôle complet de mon corps et de mon âme.

J’ai abandonné la voiture dans un fossé, pas loin d’un endroit plutôt désert. J’ai remis des vêtements qui étaient dans mon sac de sport, étrangement, ils me faisaient. Quoique, avec le carton qu’ils nous servent ... qu’ils nous servaient, devrais-je dire, à la cafétéria de l’asile, ce n’est pas surprenant que j’aie perdu du poids. J’ai trouvé un petit ruisseau pas trop loin du fossé où j’en ai profité pour nettoyer mes mains, mes bras et mon visage Puis, passant la bandoulière du sac par-dessus mon épaule gauche, je suis repartie sur la route, avec ma démarche un peu claudicante et mon pouce levé, espérant de tout cœur trouver quelqu’un pour me conduire le plus loin possible de cet endroit.

Ça n’a pas pris longtemps avant que quelqu’un s’intéresse à moi, deux ou trois semaines, tout au plus. J’étais seule dans un petit restaurant du Manitoba, en train de déguster un milkshake à la vanille en lisant le journal local. Vraiment passionnant ces histoires à propos de mamies qui ont gagné au bingo ou bien de petit garçon qui a récité l’alphabet à l’envers pour le concours de talent de son école. Et puis, une très belle femme rousse accompagnée d’un homme baraqué aux cheveux aussi bruns que ses yeux sont venus à ma table. Ils étaient sympathiques, en fait, mais je savais que je ne devais pas leur faire confiance, ou m’attacher, parce qu’au final, c’était moi et moi seule. J’avais quelques réserves, à propos des étrangers, mais je ne voulais pas leur crier dessus, de peur qu’on tente encore de me renvoyer en asile. Bref, ils me parlèrent de tout et de rien, je crois qu’ils voulaient en savoir sur moi-même, d’où je venais, ce que je faisais ici, des trucs comme ça. Sur mes gardes, je répondais en jouant mes cartes habilement. Ils me parlèrent d’un Institut, aux États-Unis cette fois-ci, et c’est là que j’ai paniqué. Ça y est, ils m’avaient retrouvée. Ils m’ont donné plein de documentation, d’informations et m’ont offert de m’y amener dans les plus brefs délais. Honnêtement, je n’écoutais pas, je n’avais pas envie de les écouter, de retourner dans un asile pour les fous. En prenant les dépliants qu’ils me tendaient, j’ai feint de devoir aller aux toilettes, mais je me suis enfuie par la petite fenêtre avant de faire un sprint jusqu’à la voiture « empruntée » à un bon homme de l’Ontario.

Rendue en Saskatchewan, je me suis permis de regarder plus attentivement tous ces documents. Une école pour les gens comme moi, avec des pouvoirs, des dons, des habiletés hors du commun. Des gens qui ne cadrent pas dans le moule, qui ne peuvent que le briser par leur anormalité, leur différence. En quelques instants, sans afficher la moindre hésitation, c’était décidé, la Xavier’s School, à New York, était mon prochain arrêt. Peut-être le dernier, sait-on jamais. Évidemment, faute de passeport (ou de documents prouvant mon existence) j’ai dû contourner les douanes en employant divers animaux pour faire distraction, mais j’ai réussi à m’y rendre saine et sauve, ou du moins, potable.

Au terme de ma quatrième année dans cette école pour « mutants » (ouais, mutants, c’est le terme), j’étais devenue une personne totalement différente, améliorée. J’ai appris à gérer mes émotions, qui sont intimement reliées avec l’usage de mon pouvoir, qui peut se montrer beaucoup plus vicieux que ce qu’il apparaît à la base. Je me suis fait tout un réseau social d’amis, qui sont en fait tous devenus des membres de ma nouvelle famille, la plus éclatée jamais vue. Cet Institut, c’est en fait ma maison ; la seule que j’accepte d’habiter. Mais, au terme de cette quatrième année, j’ai pris la fuite. Certains l’ont probablement (clairement) vu comme un quelconque acte de haine. Dwayne Walker, par exemple, qui tient pratiquement le rôle de mon grand frère, du protecteur, du héros, depuis que je le connais. En fait, j’ai pris la fuite pour des raisons simples. Je n’aime pas m’attacher, ça m’effraie. Je n’aime pas quand je deviens trop impliquée, physiquement et émotionnellement, dans diverses situations. Ça me terrorise, ça m’empêche de fonctionner normalement. Alors, j’ai fait ce que tous auraient fait, bon ok, j’ai fait ce qu’Adele Ward aurait fait, c’est-à-dire prendre la fuite.

Fidèle à mes habitudes nomades, j’ai passé mon temps à explorer la côte Ouest de États-Unis, histoire de m’imprégner de toute cette culture, cette richesse, leurs drogues & alcools aussi.  La Californie a été mon arrêt préféré, puisque tout le monde semblait à l’aise et détendu. Quoique, pour la palme d’or, Hawaii a failli me charmer, je n’en suis presque jamais revenue. Littéralement, le bateau a coulé au retour. Heureusement pour moi, les requins (et autres créatures marines non identifiées) sont mes amis, lorsqu’ils n’ont pas le choix. Prends-en de la graine, Spielberg. Bien évidemment, mon téléphone cellulaire n’a pas arrêté de sonner lors de mes vacances non planifiées. J’ai reçu plusieurs messages textes aussi, mais j’ai choisi de ne pas répondre, pour me détacher complètement de ces gens auxquels je tenais beaucoup trop. Je repensais souvent à Dwayne, à Riley et même à Andy, qui, malgré son tempérament habituellement froid et distant, m’écrivais et me téléphonais de temps à autres. Ils se souciaient tous tant de moi et, comme une idiote, je leur répondais de la seule façon qui me semblait naturelle et régulière ; en leur faisant du mal, en m’en prenant à leurs sentiments.

Et là, après les vacances d’été (du début de mai à la fin d’octobre, environ) bien méritées, je reviens dans cet endroit que je considère comme ma maison, l’endroit qui abrite toute ma vie, ma famille, mes amis, mes amours, mes ennemis, etc. Puis, on m’annonce tout bêtement qu’il y a un bal. U-N-B-A-L. Un bal, en l’honneur de mon anniversaire, ah oui et de l’Halloween (mais ça, c’est mineur comme évènement), ils sont mignons de penser à moi comme ça. Un bal, et je n’ai même pas de robe. Non, rectification, j’ai beaucoup de robes, mais je n’ai pas LA robe. Celle qui fera tourner les têtes, battre les cœurs et agiter le sang des personnes présentes à la danse. En effet, à l’exception de Riley Dawkins et Cassiopée Harrison, mes colocs de chambre, ainsi que la fille qui squattait mon lit (ou qui vit dedans en permanence, j’hésite), personne n’est au courant de mon retour. Ce sera l’occasion parfaite de m’annoncer, de faire ce petit spectacle, cet effet de « wow » que j’aime tant provoquer. Toutefois, après cette absence si longue, je crains que les liens qui m’unissaient aux autres soient brisés. Ce retour non anticipé est comme un renouveau, comme si je recommençais à écrire toute mon histoire.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Isaora Fanizzi -
superior minds

Célibataire, pas assez courageuse pour changer ça
annihilation: annihile les pouvoirs des autres mutants + Détection: telle une montre que l'on ouvre elle peut décortiquer le pouvoir des autres mutants.
Elève qui passe la plus grande partie de son temps à traîner dans de mauvaises combines
31/08/2015
Taylor Momsen
Adament
200

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 16:23

Re-Bienvenue ici !!!! classe classe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 16:51

ReBienvenuuue!! heart
Il nous faudra un lien ! =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltagrumpy lioncats
- Graham Lester -
duco corporis

bonne nouvelle, Graham a décidé d'arrêter d'être stupide, mais chut, c'est un secret
lion de némée; capacité de se transformer en un immense lion, de plus sa peau est "pare-balles" c'est à dire qu'elle n'est pas entaillable.
professeur de maitrise des pouvoirs liés aux animaux
22/09/2014
jensen ackles
avatar by moi, signature by northern lights
1344

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 17:21

rebienvenue parmi nous! red Tu connais la maison, si tu as des questions, n'hésite pas à te tourner vers le staff! perv


heart of courage
And all the people say "You can't wake up, this is not a dream, You're part of a machine, you are not a human being, With your face all made up, living on a screen, Low on self esteem, so you run on gasoline." - halsey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 17:37

@Isaora : merci beaucoup belle gothique love
@Alexendra : merci heart et oui, avec des pouvoirs similaires, il nous faut un lien ! red
@Graham : merci gra-jambon perv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 18:43

En plus nous avons des points en commun =D !! Surtout que nous avons toutes les deux un chat heart :p
Revenir en haut Aller en bas
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 18:47

REBIENVENUE MON CHOU brill love
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 20:02

@Alexandra : Je ne peux qu'imaginer une seule chose :
@Andy : MERCI MA CRÈME ! red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 20:09

Tu resteras avec nous maintenant ! never
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 21:08

Je vais essayer ... bave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse deltacrazy foxes
- Dwayne Walker -
duco corporis

Coeur mort d'espoir.
Homme-Gargouille
Professeur de musique
28/12/2014
Jack White
Doudou
665

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Mer 28 Oct - 22:56

ADELE, MA BELLE !!!!!! étouffé

Je suis vraiment contente de te revoir ! On gardera le lien qu'on avait...enfin, si tu le veux toujours...?perv

Amuses--toi !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Jeu 29 Oct - 12:40

SUAVEMENTE !!!! red

Of course, love merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltaangry unicorns
- Halvard Stinson -
duco corporis

Tu t'accroches à la seule personne qui t'a filé le frisson éternel.
Métamorphose en serpent : Transformation en python royal. Persuasion par contact visuel : Hypnose permettant de donner un ordre à la cible.
Branleur, glandeur, élève perturbateur que tu es, détesté par les surveillants et la source de désespoir des enseignants.
11/03/2014
Tom Felton
Avatar : @Adament; Gifs profil & Signature : @brooklynofrph, @Adament, Tumblr.
1456

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Jeu 29 Oct - 12:57

Re, grognasse. never fuck (in love fangirl)


I'M DYING FOR ANOTHER TASTE
Baby, you're like lightning in a bottle, I can't let you go now that I got it. And all I need is to be struck by your electric love.
BØRNS - Electric love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Jeu 29 Oct - 13:11

Merci, pétasse aux couilles velues love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 7:53

Welcome mei
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse epsilongrumpy lioncats
- Wiccan Shatterstar -
duco corporis

Célibataire
Clonage + il se clone lui même à l'infini. Cependant, il a du mal à se cloner sur commande et créer souvent des clones sans le vouloir sur le coup de l'émotion. Chaque clone est différent et représente bien souvent un de ses trait de caractère. Bien qu'ils lui obéissent en général, il en font aussi qu'à leur tête ce qui peut rendre son pouvoir parfaitement imprévisible, parfois dangereux pour lui et pour les autres.
psychologue à l'institue.
27/07/2015
Matthew Gray Gubler
bright star
68

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 10:08

Bienvenue avec ce nouveau personnage ! Bon courage pour ta fiche ! chou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 11:16

@Zola : Merci joli jeune homme ! love
@Wiccan : merci beaucoup red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membreclasse gammagrumpy lioncats
- Emrys Griffin -
duco corporis

il est capable de se métamorphoser en panthère noire ; la bête l'influence aussi en étant humain et c'est pourquoi il vous fixe comme un morceau de viande. En plus de ça, il est nyctalope, et a donc la faculté de percevoir les objets dans l'obscurité et d'y être à l'aise.
c'est un simple élève peu ambitieux qui ne cherche qu'à se fondre dans la masse. dans son temps libre, il se maudit et s'insulte, avant de s'énerver et d'aller gambader sous sa forme animale.
25/07/2015
xavier dolan
wildworld
167

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 11:20

Emma c'est la plus belle brill
Rebienvenue apparemment sweet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 13:03

Ohhhhh merci Emrys love
(Tu te rends compte qu'avec ton vava, j'ai pas le choix de te demander un lien ?! red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 22:02

AH MAIS OUI TROCOOL LE RETOUR D'ADELOU *_* Rebienvenue !!! :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 22:26

Merci beaucoup, et oui, the bitch is back ! love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Invité -
Invité


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 23:13

Re-bienvenue ma belle Adele, content de voir qu'on te manquait! câlin


Faut dire que tu nous manquais aussi! heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
statut: membredeltagrumpy lioncats
- Adele Ward -
superior minds

Statut Facebook ?
Zookinésie - Je comprends les animaux, et ils m'obéissent.
Élève qui porte des talons et s'hydrate.
28/10/2015
Emma Roberts
Outlines
403

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Ven 30 Oct - 23:21

Awww t'es mignon brill Merci mon joli Scotty love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Feuille de personnage
statut: administrateurclasse deltaangry unicorns
- Halvard Stinson -
duco corporis

Tu t'accroches à la seule personne qui t'a filé le frisson éternel.
Métamorphose en serpent : Transformation en python royal. Persuasion par contact visuel : Hypnose permettant de donner un ordre à la cible.
Branleur, glandeur, élève perturbateur que tu es, détesté par les surveillants et la source de désespoir des enseignants.
11/03/2014
Tom Felton
Avatar : @Adament; Gifs profil & Signature : @brooklynofrph, @Adament, Tumblr.
1456

MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   Sam 31 Oct - 18:38

◊ CARACTÈRE : Times New Roman, en italique.

C'est même pas drôle. :c: Non je n'ai pas ri. :c: Bouffonne, remplace ça tout de suite. never Et c'est bon les cojones, ça se mange très bien, c'est pas parce que c'est un plaisir qu'on te refuse qu'il faut que tu prennes ça pour une insulte. nope


I'M DYING FOR ANOTHER TASTE
Baby, you're like lightning in a bottle, I can't let you go now that I got it. And all I need is to be struck by your electric love.
BØRNS - Electric love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -


MessageSujet: Re: Adele - Hello, it's me.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Adele - Hello, it's me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Adele - Hello, it's me.
» [Lieu] L'église Saint Sauveur de Ryes
» Présentation de Adèle de Sainte-Colombe
» « Vogue, vogue mon joli petit bateau » - Adeline A. Romanov
» Adèle Yrphia [ Danseuse ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mutant and proud :: APPRENDS A TE CONNAITRE :: Assume ta différence :: bienvenue à l'institut-